Trek du bas Mustang et vallée de Kali Gandaki

Après deux jours à Kathmandu, nous quittons cette ville en bus pour nous rendre à Pokhara. Une petite ville touristique à 200km de Kathmandu. Après neuf heures de bus, nous nous baladons dans cette jolie ville qui nous rappelle la Suisse avec son lac et ses montagnes. Demain le trek commencent enfin. Le point de départ est le village de Jomsom dans le bas Mustang à 2700m d’altitude. Pour nous y rendre nous avons la chance de prendre un petit avion qui vole entre les montagnes pendant une vingtaines de minutes !

Jour 1

Nous sommes prêts à marcher. Nous rencontrons notre porteur qui nous semble peu expérimenté et pas très motivé. Bref, on se met en route dans la vallée de Kali Gandaki, la vallée la plus profonde du monde entre le Dhaulagiri 8167m et le Nilgiri 7061m. Nous marchons 45 minutes avec notre guide derrière nous. Au bout d’un moment, nous ne voyons plus Dilip, notre guide. Euh, ça commence bien. On fait demi tour pour le retrouver. Ils nous annoncent que notre porteur ne va pas continuer, car il a mal aux pieds, donc il rentre chez lui. Nous attendons une petite heure assis sur nos sacs à dos à manger des grains de maïs grillés, l’arrivée de notre sauveur (un nouveau porteur appelé à la dernière minute).

C’est reparti jusqu’à notre premier stop, Kagbeni, petite étape de normalement trois heures de marche. En arrivant, nous posons nos sacs dans le lodge où nous passerons la nuit et nous filons visiter le monastère de ce petit village, qui est la porte pour se rendre dans le Haut Mustang. Nous rencontrons un jeune moine qui nous explique le fonctionnement du monastère. Très jeune, les enfants choisissent de venir étudier le Bouddhisme dans le monastère de leur région, ils peuvent ensuite le quitter et choisir d’aller vivre dans un autre monastère.

La région du Mustang est principalement bouddhiste (frontière avec le Tibet). Généralement, dans un monastère, il y a des fresques qui représentent Bouddha dans différentes postures de méditation ainsi que trois statues de différents Dieux (il y en a 33 millions dans les religions hindou et bouddhiste…on a pas encore tout retenu !). Chaque jours, des offrandes sont faites aux Dieux. Nous entendons également les cérémonies de prières appelées Puja auxquels nous ne pouvons pas assister.

Nous retrouvons notre lodge pour un bon dhal bat, repas népalais à base de riz, légumes piquants, sauce piquante et soupe de lentilles. Ensuite petite douche froide et bonne nuit de sommeil, on se couche tôt en trek !

Petite parenthèse : nous sommes arrivés au Népal pendant le festival du Dashain-Tihar. Le festival du Dashain commémore la victoire des dieux sur les démons. Durant ces deux semaines, les népalais sont en vacances. Nous en avons rencontré beaucoup qui venaient faire un pélerinage dans la région du Mustang jusqu’à Muktinath où se trouve un temple très important pour eux. Le Tihar est tout simplement la fête des lumières, nous avons donc retrouvé Kathmandu à notre retour remplie de guirlandes lumineuses (un très beau spectacle) !

Jour 2

Aujourd’hui, nous grimpons de 2800m à 3800m, direction Muktinath. Nous traversons des paysages incroyable. Montagnes aux multiples couleurs, très arides avec de petites oasis vertes où se trouve les villages. Petite pause repas dans le village de Jarkot face aux montagnes.

Encore un petit effort pour atteindre Muktinath, où nous passons la nuit. Avant la petite bière népalaise en guise d’apéro, nous allons visiter le fameux temple de Muktinath, but final du pélerinage de beaucoup d’hindous et de bouddhistes. Ce temple, dédié à Shiva et Vishnu, est entouré de 108 fontaines d’eau sacrée leurs permet de venir se purifier et ramener de l’eau sacrée aux malades. Ceux qui viennent pour la première fois doivent d’abord construire un cairn en guise d’offrande puis se purifier dans les 108 fontaines et ensuite se plonger dans deux bassins d’eau sacrée. C’est un moment fort, même pour nous, cet endroit intriguant est rempli d’émotions différentes.

Jour 3

Ce matin, petite montée jusqu’à 4000m d’altitude. On croise deux bergers avec leur centaine de chèvres et des vautours de l’himalaya. On partage quelques sourires, photos et un Ricola, de la Suisse naturellement !

Après une petite marche à flanc de montagne, on découvre un panorama incroyable sur les 8000, le Dhaulagiri et la chaîne des Annapurna. Petite pause avant une longue descente jusqu’à 2700m. Arrêt dans le petit village de Lupra, on nous visitons le monastère et achetons quelques patates cuites pour reprendre des forces. Retour à Jomsom difficile à cause de la poussière et du vent.

Jour 4

Depuis Jomsom, montée au village de Thini, où nous entendons les prières tibétaines de la Puja. Puis, montée (encore…) au Dumba Lake, lac de montagne sacré. Vue magnifique sur le Nilgiri, qui nous suivra toute la journée, jusqu’au village de Larjung. Nous traversons plusieurs ponts suspendus, au-dessus de la rivière Kali Gandaki (rivière noire). Toujours rassurant quand il y a un panneau au début du pont : « Ce pont est vieux, maximum 10 personnes ou 5 mules à la fois ». Arrivée au village de Larjung pour la nuit, repas local et alcool local (on sait toujours pas trop à base de quoi…).

Pour le lendemain, selon le programme, il est prévu 3 heures de marche, un peu déçu du peu, notre guide nous propose une alternative, la montée au glacier du Dhaulagiri, à 4200m (presque le Cervin !). Nous acceptons avec plaisir et appréhension, ça fait quand même 1700m de dénivelé à cette altitude.

Jour 5

Très tôt, on attaque cette montée, d’abord dans la forêt, il fait chaud et humide et ça monte raide. On tombe sur un champs de cannabis en self-service et on hésite à rester là du coup ☺. La vue est incroyable, ce qui nous motive, mais mes poumons de fumeuse asthmatique commencent à trouver ça difficile.

Montée interminable, finalement, je m’arrête à 3600m, au milieu des yaks. Julien et notre guide trottine encore jusqu’en haut. Malheureusement, comme dirait notre guide « c’est la montagne qui décide » et aujourd’hui, elle a décidé de s’envelopper dans le brouillard. Donc, pas de vue du glacier, mais au moins, on aura vu les yaks.

Descente tout aussi interminable, qui a eu raison de mes pauvres pieds ! Après 9 heures de marche, arrivée à Lete pour passer la nuit, en bonus, on a le droit à la douche chaude (le rêve).

Jour 6

Je remets difficilement mes chaussures de marche pour les six prochaines heures. Heureusement, plutôt facile, comparé à la journée d’hier. Arrivée à Tatopani (qui signifie « eau chaude », car, oui, il y a des sources d’eau chaude), où on va faire trempette avec quelques touristes et népalais.

On rencontre un très gentil couple franco-hongrois, qui sont dans le même hôtel que nous et avec qui on passe une chouette soirée.

Jour 7

Aujourd’hui, montée pendant les septs prochaines heures, mais, étonnamment, j’ai trouvé ça plutôt facile. On traverse des rizières, la jungle (on croise même un serpent !). Le chemin est fait de marche en pierre (environ 10 millions de marches selon moi !!!), on croise beaucoup de chevaux qui sont chargés avec du bois ou du riz pour le monter au prochain village, Gorhepani. Nous passons la nuit là haut à 2800m. Courte nuit, car demain réveil à 4h du matin pour monter encore 400m de dénivelé voir le lever du soleil sur l’Himalaya (maisons dans la neige) à Poon Hill.

Jour 8

En route à 4h30 du matin, lampes frontales sur le front, pour une « petite » montée qui réveille (et pique un peu quand même). Lever de soleil sur les sommets enneigés du Népal, moment merveilleux qui se passe de mots.

Redescente pour le petit-déjeuner et en route pour sept heures de marche. Ah on monte encore ? Je pensais que c’était de la descente aujourd’hui ? Réponse de notre guide: « c’est du faux plat népalais ! » ☺

A la pause de midi, nous rencontrons Floriane, avec qui nous sympathisons. En plus, nos guide se connaissent bien, du coup nous passons la fin de journée et la soirée ensemble.

Longue descente dans la jungle avant d’atteindre le village de Ghandruk. Dernière soirée du trek, nous mangeons tous ensemble un bon dhal bat avec les mains, ce qui fait bien rire les népalais !

Jour 9

Voilà c’est le dernier jour de trek, quelques heures de descente jusqu’à Nayapool. Nous nous arrêtons pour un petit repas dans une chouette famille. Je tombe amoureuse d’un petit chevreau et demande à la famille s’ils seraient d’accord de me garder avec eux et en échange je m’occupe des animaux. Ils sont d’accord mais Julien pas vraiment !!!

Après le repas, on expérimente le bus local… voilà la seule chose à dire c’est qu’on est vivant. Retour à Pokhara pour deux nuits, ce soir nous retrouvons Floriane pour manger et poursuivre l’aventure.

Nous avons vécu une très belle première expérience du Népal, nous sommes enrichis par ce beau voyage à travers le temps et entouré de si beaux paysages.

Voici une petite vidéo qui résume notre passage au Népal 😁

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :