Le parc national Torotoro

Départ depuis Uyuni en bus pour rejoindre Oruro, où nous devons normalement changer pour un autre bus (de la même compagnie) qui nous emmènera à Cochabamba. Seulement voilà, on débarque à Oruro ‪à 1h du mat‬ et le bus qui devait être là n’existe en fait pas (les joies des transports en Bolivie 😄). Au terminal de bus, on entend des gens crier « COCHAAAA, COCHABAAAAMBAAA », du coup on se trouve un autre bus allant à Cochabamba et on essaie de négocier les billets vu qu’on avait déjà payé, mais sans succès… pas grave on paie le prix et on file direction Cochabamba. En Bolivie, quand tu arrives dans un terminal de bus, les destinations sont chantées haut et fort comme ça tu sais vite où vont chaque bus! On adore!

On arrive dans la matinée (frigorifié a cause du froid de la nuit) et on chope un taxi qui nous emmène aux minibus pour aller à Torotoro. On a de la chance, le minibus est presque plein, quelques dizaines de minutes à attendre, une petite empanada et un coca, quelques dulche de nueces achetés aux marchands ambulants dans la rue et c’est parti (oui, les minibus ne partent que lorsqu’ils sont pleins)!

Petit déj à Cochabamba

Le trajet de Cochabamba à Torotoro fait environ 130km mais prend 5h, sur une route (plutôt un chemin), fait de terre et de pierres, à travers des ruisseaux et dans la boue. Autant dire qu’on arrive pas à dormir durant le voyage (et on est bien crevé…).

Mais ça en vaut la peine, les paysages sont incroyables, la terre rouge se mélange au sable beige et aux vallée vertes. On se réjouit de partir découvrir la région. On arrive en milieu d’après-midi à Torotoro, la pluie nous accueille, on se dépêche de se trouver un logement pas trop loin.

Torotoro est un petit village à 2700m d’altitude qui compte environ 1000 habitants qui sont tous des indigènes quechua. Le parc national de Torotoro fait 16’500 hectares, un des plus petits de Bolivie. Il est surtout connu pour le nombre incalculable de traces de dinosaures et de fossiles marins qu’il renferme, d’ailleurs on le remarque tout de suite à notre arrivée au village.

Une fois installé à notre hostel, on part organiser nos quelques jours. A savoir que chaque touriste doit s’inscrire dans un registre et payer la taxe de 100 bolivianos (environ 14 CHF). Une fois fait, il faut encore organiser les tours avec un guide (obligatoire pour visiter le parc). Le plus simple est d’aller au bureau des guides le matin et d’attendre qu’un groupe de 6 personnes soit formé, du coup on partage le prix du tour par 6.

On ira se coucher tôt, car ces longs trajets en bus nous ont crevé. Le lendemain, le ciel est couvert, on a pas super bien dormi et on est un peu malade… du coup c’est grâce mat,on ne fera pas grand chose de la journée à par se balader un peu au village et juste autour. On découvre aussi nos premières traces de dinosaures 😲, c’est incroyable. En se promenant autour du village, on peut clairement s’imaginer ces géants préhistoriques marcher dans la plaine, c’est fou!

Petit repas tranquille et une bonne nuit de sommeil avant de vraiment découvrir le parc.

On arrive tôt le matin au bureau des guides pour organiser la journée, on trouve 4 autres personnes et nous partons pour une journée complète en minibus pour visiter le parc. Premier arrêt sur la route pour admirer la vallée et ses formes incroyables.

Ces sortes de montagnes ont été créées par le choc de la plaque tectonique du sud et de celle de Nazca. C’est vraiment impressionnant! Encore un paysage unique et tellement différent de ce qu’on a pu voir!

On continue notre route pour atteindre la Ciudad de Itas. Une « cité », à 3600m d’altitude, formant un labyrinthe de cavités creusées par l’eau. À l’époque des dinosaures, la mer recouvrait la majeure partie de la vallée et cette cité a été creusée dans les falaises du bord de mer. On se sent tout petit en visitant ces cavités qui ressemblent à des cathédrales. Une superbe balade de 2h, les paysages sont grandioses!

La suite de la journée nous emmène à la caverne Umajalanta, qui serait la plus grande grotte de Bolivie avec ses 7km de long (il faut 4 jours pour les parcourir 😊), mais seulement 400m sont ouverts au public. Donc on s’équipe et on part pour une petite session spéléo (Julie en est ravie 😝).

Prêts pour la spéléo

L’entrée de la grotte est immense, mais se rétréci assez vite, on allume nos lampes histoire de voir où on met les pieds. Premier passage difficile, on escalade un peu et on passe par une ouverture pour arriver dans la première « salle », pour ma part (Julien), j’adore! Le plafond fait à peine 1m40 de haut.

On continue entre passages étroits et traversées de grandes salles creusées dans la roche et quelques chauves-souris au plafond. On se laisse glisser en bas de toboggans naturels, super fun quoi 😄!

Puis on arrive au dernier passage avant le lac et la chute d’eau sous-terrains, un passage de 8m de long en forme de S, juste assez grand pour laissé passer une personne… c’est flippant. On rampe, on se tortille dans la roche, puis on s’extirpe du passage (ouf, on peut encore se permettre de manger un peu 😄).

On arrive au lac, où l’on devrait voir des poissons blancs complètement aveugles, mais l’eau est trop trouble, on ne verra rien. Direction la sortie de la grotte, passage en rappel ou encore à ramper au sol. On est soulagé de voir la lumière du jour (bon d’accord ça faisait que 1h dans le noir, mais ça paraissait beaucoup plus long)!

Retour au village de Torotoro, on se sent l’âme de grands aventuriers avec des images des magnifiques paysages plein la tête, c’était vraiment une journée de fou!!!

Pour le soir, repas aux chandelles 😄 chez Como en Casa, tenu par Griselda, qui parle un français étonnamment très bon.

Dernier jour de découverte du parc, il fait à nouveau super beau (trop de chance), on part à pieds depuis le village avec notre guide pour visiter le canyon El Vergel. Premier arrêt juste à la sortie du village, on découvre pleins de trace de dinosaures.

Apparemment, la vallée aurait été peuplée par beaucoup d’herbivores (diplodocus, ankylosaurus ou autre), de carnivores (velociraptors par exemple) ou par des ptérodactyles. Les traces qu’ils ont laissé dans la vase au bord de la mer se seraient solidifiées avec le temps et seraient restées à la surface grâce aux mouvements des plaques tectoniques.

Les traces sont immenses, on en croit pas nos yeux, on a l’impression (surtout moi) d’être retombé en enfance! Notre guide nous imite même les démarches des différents dinosaures que Julien pourra vous reproduire sur demande à notre retour si vous êtes curieux de savoir comment marchait un diplodocus.

La balade continue en direction du canyon. On voit encore quelques traces de dinos. Puis on arrive au début du canyon, en passant par une sorte d’amphithéâtre naturellement creusé par l’eau à l’époque, super beau!

Prochain arrêt, un mirador qui surplombe le canyon à 300m de haut, on se croirait au Grand Canyon (en plus petit, on s’entend 😝).

Canyon El Vergel

Puis on continue, on commence à descendre les 700 marches pour arriver au fond du canyon. Une fois au fond, on se sent minuscule entre ces deux immenses parois rocheuses. On marche encore un peu pour arriver à la cascade coulant à travers une végétation tropicale, tellement beau!

Après une bonne pause, on attaque la remontée du canyon sous un soleil de plomb. Retour à Torotoro en milieu de journée pour se reposer un peu et manger un petit truc.

Vu qu’on avait encore de l’énergie et qu’on avait pas assez marcher en plein soleil, on décide de partir rejoindre le cimetière de tortue (qu’on devrait pouvoir faire sans guide, selon une touriste rencontrée à notre hostel).

Sur la route, on rencontre un chien trop chou, qui nous suit (Julie lui a donné à manger donc c’est normal 😊), puis une autre chienne, qui a l’air toute heureuse de nous voir. On fera la marche avec nos chiens jusqu’au cimetière de tortue. Une fois arrivé, c’est clairement indiqué qu’on ne peut le visiter qu’avec un guide, donc on ira malheureusement pas, mais on aura vu de jolis paysages à nouveau.

Vu que la vallée était couverte par une mer au temps des dinos, on y trouve beaucoup de fossiles de tortues de mer, de crocodiles ou d’autres poissons.

On rentre tranquillement au village ‪après 2h‬ de ballades accompagné par nos chiens.

Dernier repas à Torotoro avant de partir le lendemain en direction de La Paz. Réveil ‪5h du mat‬, mais le bus ne partira pas avant 8h 😏. C’est pas grave, on a attendu en bonne compagnie (forcément quand tu passes 4 jours à les nourrir les adieux sont difficiles).

Nos amis les chiens

À bientôt 😘

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :