Nuestra señora de La Paz

On arrive ‪vers 22h‬ à La Paz après un long trajet en bus depuis Cochabamba. Du coup on file à notre hostel pour… dormir!!!!

Après une bonne nuit réparatrice et un bon petit-déjeuner, on part explorer cette ville qui, déjà en arrivant de nuit, nous a surpris par son immensité, ces milliers de lumières disposées dans une vallée perchée à 3600m d’altitude.

À savoir que La Paz est en fait la capitale admistrative de la Bolivie, Sucre étant la capitale constitutionelle.

Entre le bas de la ville (où vivent les gens les plus riches) et le haut de la ville, El Alto (ville à part entière depuis quelques années et où vivent les gens les plus pauvres), il y a plus de 1000m de dénivelé! C’est donc vraiment impressionnant de s’y balader. Magnifique vue depuis en haut et depuis en bas, on est entouré par des milliers de maisons. Le président actuel n’aimait pas que ses habitants soient séparés en fonction de leur statut social. Pour faciliter la circulation des habitants entre chaque quartiers il a décidé de créer un réseau de téléphérique (métro impossible en raison du dénivelé et des rivières sous-terraines), actuellement  il y a donc 5 lignes et il aimerait en faire construire d’autres. Le téléphérique coûte 1.50 chf, le gouvernement paie une partie pour que ce soit accessible à tous et les Boliviens l’utilisent beaucoup.

On se balade donc dans la ville et ‪vers 14h‬, on rejoins la place Sucre pour participer à un tour de la ville (gratuit avant mais bon vous savez les choses gratuite ça ne dure pas très longtemps) avec une agence qui s’appelle Red Cap. Finalement ça coûte 3frs + un pourboire, en gros pour 3h de balade dans la ville avec pleins d’explications, ça coûte vraiment rien! C’est Daniel et Marisol qui nous ont fait découvrir leur ville et ils étaient géniaux!

On est donc parti de cette place qui se trouve être juste à côté de la prison de La Paz. Prison qui est sans doute la plus originale du monde. Située au centre de la ville, prévue à la base pour 500 détenus mais habitée par des milliers actuellement et gardée par seulement une quinzaine de gardes. Rassurant non? En fait, c’est une ville dans la ville, les prisonniers n’ont certe pas le droit de sortir, mais leur famille peuvent vivre avec eux dans la prison et faire des aller-retour pour aller à l’école par exemple.  Ils doivent payer un loyer qui va de quelques centimes à quelques de centaines de francs par mois en fonction de la taille de leur « appartement », mais pour ça il faut gagner de l’argent, et donc il faut travailler. C’est pour ça que dans la prison, on trouve des restos et à peu près toutes les professions mais la plus représentée reste quand même la production/vente de cocaïne. Pour la faire sortir, soit ils utilisent la famille, soit une technique à connaître : le lancé de pampers en dehors des murs de la prison (ben oui personne ne va ramasser un pampers sauf si tu sais ce qu’il y a à l’intérieur!). Bref, une prison à part entière et autogérée! Le plus étonnant est qu’il y a quelques années, les touristes pouvaient même y aller et passer quelques jours avec les détenus. Actuellement c’est illégal et fortement déconseillé évidemment. Ces séjours originaux avaient été initié par un australien qui s’était retrouvé dans cette prison. Il a même écrit un livre intitulé « march in powder » qui explique tout ça. En tout cas cette visite commence bien!

On se rend ensuite dans un marché de légumes. Ce qu’on trouve particulièrement génial à La Paz, c’est qu’il n’y a pas de supermarchés (il y en a quelques-uns, mais trop chers pour la plupart des gens). Par contre, il y a des marchés et des centaines de marchands pour chaque chose (fruits, légumes, habits, électronique, papier toilette, déodorant, gel douche, extincteur, uniforme et même des téléphones fixes sur des petits stands qui vendent de tout), chaque bolivien à une « casera » c’est-à-dire un vendeur fétiche pour chaque chose de la vie quotidienne qui va lui garder les meilleurs produits au meilleur prix, c’est pas génial ça?! Mais il faut avoir du temps pour créer un lien et surtout ne jamais aller ailleurs. En tout cas nous on est fan de cette manière de vivre!

On continue notre chemin vers le marché aux sorcières. Il y en a un dans chaque ville et le plus grand est à El Alto. Ces femmes appelées « brujas » se passent leur savoir de mère en fille. En résumé, elles ont des potions pour chaque problème. Le concept: soit tu as besoin, par exemple, d’une potion pour tomber amoureux à ce moment là, elle t’explique comme l’utiliser, soit tu as besoin d’une préparation, car tu vas construire une maison et tu veux être sûr que tout se passe bien. Dans ce cas, elle prépare une offrande à Pachamama (avec un foetus de lama que tu peux mettre sous ta maison en offrande, ou une préparation avec des sucreries et autres comme sur la photo) ensuite tu prends cette préparation et tu l’as donne à un Yatiri (comme un chaman, c’est une personne qui a été frappée par la foudre et qui est revenue à la vie) qui va la bénir, la brûler et l’offrir à Pachamama (terre mère c’est une sorte de déesse pour les quechuas et les Aymaras).

A l’époque, ce n’était pas un foetus de lama mais bien un sacrifice humain vivant. Nos guides pensent que ça ne se fait plus mais dans le doute nous conseillent de ne pas finir ivre dans la rue, on pourrait se retrouver en mauvaise posture enterré vivant sous une maison. Pachamama aiment beaucoup les gringos (les blancs comme nous). Les Yatiris peuvent aussi lire l’avenir dans les feuilles de cocas ce que Julien a fait, moi j’y crois beaucoup trop! Mais maintenant au moins on sait combien on aura d’enfants, faudrait peut-être s’y mettre du coup (hein maman!!)

La culture Indigènes est tellement passionnante. On pourrait passer des heures à écouter toutes ces histoires. Après le marché aux sorcières, on se rend sur la place San Francisco où se trouve une immense cathédrale construite par les espagnols. À savoir qu’à l’époque de la colonisation, les espagnols ont essayé par tous les moyens de rendre les indigènes catholiques. Il y a beaucoup de catholiques mais très peu pratiquant apparement et les coutumes indigènes sont encore très présentes. Ils ont construit sur les endroits sacrés indigènes des statues de Jésus, mettaient des miroirs dans les églises pour faire croire aux indigènes que leurs âmes étaient dans l’église. Bref, on se rend finalement dans un marché couvert pour faire une petite pause jus de fruits frais comme on les aimes et sandwich avocat tomate et fromage pour 70 centimes 🤗  .

Eglise San Francisco

On se rend ensuite sur une autre place où se trouve l’ancienne demeure des différents présidents. Le président actuel n’y vit plus, c’était jugé trop dangereux. On ne parlera pas politique dans cette article, on ne veut pas de problème avec le président bolivien 😄 mais on a quand même entendu pas mal d’histoires qu’on vous racontera avec plaisir!

A la fin du tour, on part faire un tour en ville à la recherche d’une agence pour faire un trek. Le trek le plus connu est fermé à cause des fortes de pluies, on en cherche donc un autre et avec un guide ça nous paraît plus sûr, car les chemins incas dans cette région ne sont pas très bien indiqué et pas forcément très sûr. Finalement, on en trouve une qui nous paraît pas mal, on confirmera plus tard avec eux pour un départ le vendredi pour 4 jours de trek.

Demain, une grosse journée s’annonce et je suis pas vraiment rassurée. On a réservé pour une des attractions principale à La Paz, la fameuse descente de la route de la mort en VTT. La route de la mort porte bien son nom, 54km, 3000m de dénivelé (négatif évidemment) des montagnes à la jungle, 3,20m de large et un précipice mortel tout le long! Son nom lui a été donné, car avant 2006 cette route était empruntée par beaucoup de bus et de camions et malheureusement elle faisait des centaines de mort par année jusqu’à la construction d’une nouvelle route. Actuellement, elle est surtout empruntée par des gens un peu fou comme nous qui recherchent des sensations fortes, mais c’est aussi une route aux paysages magnifiques.

Lendemain matin, c’est parti, on prend un bus avec une dizaine de personnes pour arriver au début de la route, petit échauffement sur une route goudronnée, le temps est couvert, il fait froid, on s’équipe et c’est parti.

On arrive enfin au début de la route de la mort, là le goudron laisse place aux cailloux. On commence doucement et on se prend vite au jeu! C’est trop top! On fait pas mal de pauses photos et vraiment c’est génial, le climat change peu à peu jusqu’à devenir d’un coup très chaud et humide! Avec pleins de papillons aux couleurs indescriptible qui nous frôlent! On finit en beauté par un bon repas et un plongeon dans une piscine!

Après une bonne nuit de sommeil, on profite de la matinée pour faire un peu de shopping local (pull en laine d’Alpaca, feuille de coca, etc) et ensuite on retrouve la team de Red Cap pour une deuxième visite.

Cette fois direction le cimetière, mais pourquoi le visiter? Lorsqu’une personne décède, son corps est placé dans un cercueil et celui-ci derrière une vitrine que la famille peut décorer comme ils veulent et y déposer des choses que la personne aimait bien (bière,coca, petite voiture …). Pour résumer, ça donne ça et il y a un peu près 200’000 tombes à La Paz. A savoir que pour les Boliviens venir au cimetière est plutôt quelques choses de positif pour célébrer la personne.

Autre fait intéressant, la famille paie pour un emplacement, après 5 ans (période estimée de deuil en Bolivie), la famille peut soit continuer à payer, car elle n’a pas fait le deuil, soit arrêter et à ce moment là, le corps est sorti et incinéré, sauf le crâne. Le crâne est revendu (tout ça n’est pas vraiment légal) en tant que ñatinta. Environ 30% des habitants possédent une ou plusieurs ñatinta chez eux pour protéger leur foyer. Un crâne humain décoré et vénéré pour que tout se passe bien dans leur vie.

Cholita du cimetière

Dans le cimetière, il y a aussi de très beaux tags dont un magnifique mais un peu osé pour un cimetière, c’est pour ça que je l’aime bien.

Tag du cimetière

En bas à droite et à gauche, on voit deux crânes de formes allongées. Les Tiwanaku sont représentés. En effet, il s’agit d’une civilisation pré-inca qui allongeait le crâne des plus nobles ou encore faisait des opérations à coeur ouvert. Il faisait tellement des trucs de dingue pour l’époque qu’ils ont été associés à des extraterrestres.

On continue notre visite en prenant un des téléphériques direction la ville d’El Alto pour voir son immense marché (qui est plutôt un marché noir le matin et normal l’aprés-midi 😄). On passe ensuite dans la rue où se retrouve côte à côte des dizaines de Yatiris et où Julien se fait lire l’avenir dans les feuilles de cocas. On passe ensuite vers un autre marché des sorcières, bien plus grand et je profite pour m’acheter un porte-bonheur (pas un crâne humain je vous rassure).

La journée se termine par un activité des plus originales. Un combat de catch, mais le catch des Chiolitas. Les Chiolitas sont les femmes habillées de leur jupons et chapeau haute forme qui n’aiment pas les photos à mon grand désespoir 😕.

L’habit traditionnel, la jupe avec plusieurs jupons pour paraître plus grosse surtout des hanches et en haut un pull en dentelle avec un petit pancho en dentelle. Le chapeau a été rajouté par les espagnols. Les colons avaient fait faire ces chapeaux mais ce sont rendus compte qu’ils étaient trop petits. Ils ont donc vendu ces chapeaux trop petit aux Chiolitas pour complèter leur tenue en leur disant que les chapeaux trop petit c’était la mode en Europe! Voilà pour la petite histoire et donc je disais, nous on est allé voir les Chiolitas catcheuses! Beaucoup de second degré et on a bien rigolé. On vous mettra un petit extrait dans la vidéo.

Lendemain matin départ pour 4 jours de treks histoire de se remettre un peu en jambe avant le Pérou.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :